Scandale à Besançon
Une femme enfermée dans une maison de retraite à la demande de son fils


Loading
DISPARITION DE MARYVONNE : LA FAMILLE A LE CONTRÔLE SUR SA VIE. Lire la suite

LETTRE OUVERTE A TOUS LES BIEN - PENSANTS 

QUI N’ONT QU’UN POINT DE VUE DU PROBLEME, QUI NOUS OPPOSE AU FILS DE MARYVONNE


(de la part de tous les ami(e)s du couple)

Je vous dirai  d’abord d’aller vous rendre compte vous-mêmes au cours d’une visite à notre amie  qu’elle n’est pas la « vieille femme » qu’on vous présente .Vous verrez une femme qui reste élégante et soignée malgré le peu d’effets qu’elle a à sa disposition. Elle n’a pas plus besoin de nursing que vous!!! Quelle absurdité de parler de ce soin !!!).

Nous sommes en Aout !

Elle a les mêmes vêtements depuis le mois d’octobre 2013, et sa famille aimante ne s’est jamais souciée de lui en fournir qui soient adaptés aux diverses saisons. Que deux hommes, fils et frère, ne savent pas ce qui est nécessaire à une femme,  admettons. Mais qu’ils n’aient jamais pensé à lui demander ce dont elle avait besoin, ça démontre que son bien-être leur importe peu.

Elle a besoin de renouveler des sous-vêtements pourtant coûteux, abimés  par les machines dans la maison de retraite de Thise mais un soutien-gorge ça s’essaye! Oui mais voilà, nous n’avons pas le droit de l’emmener en ville pour le faire et ni son fils, ni son frère qui eux ont ce privilège, ne le font!

En outre elle n’a pas un euro sur elle : comment pourrait-elle prendre le tram ou le bus qui passent près de la Résidence Granvelle ?

Quant aux produits de beauté et d’hygiène, comme son ami qui les lui fournissait est interdit de visites, il passe par l'intermédiaire des ami(e)s pour lui en faire parvenir…

Et le tuteur nommé, que fait-il dans ce domaine ? Cela n’est-il pas de son domaine que sa « protégée » soit convenablement vêtue et puisse assurer son hygiène personnelle ? A moins qu’il pense que ce n’est pas important ? Pour Maryvonne c’est important. Pour toute femme, c’est important. Pour toute personne, c’est important.

Et malgré tout, elle reste élégante, assortissant pulls, chemisiers, jupes ou pantalons, chaussures et sacs, sans faire de faute de goût et toute seule, car elle n’a besoin de personne pour savoir ce qu’elle a à faire.

Dépendante, nous dit-on ? Voilà encore une belle fable .Nous possédons des témoignages de 19 commerçants qui attestent qu’avant le 30 septembre 2013, elle faisait ses courses seule ….et on ne la retrouvait pas errant dans les rues de Besançon, sans se souvenir de son adresse et de son nom !!!!! C’est étonnant pour une femme qu’on nous dépeint comme très gravement atteinte !

Mais on lit bien d’autres horreurs : « altération totale de ses facultés mentales, état mental déficient, diminution de ses facultés mentales, n’est pas capable de rédiger une lettre, désorientation ». De qui se moque-t’on ?  Ce n’est pas de mon amie que l’on parle : elle ne se perd pas dans les couloirs et il y en a dans cette résidence… On tient avec elle des conversations tout à fait normales et cohérentes, dans un langage châtié comme cela a été de tout temps.

On sait qu’elle était suivie et soignée sur sa demande pour ses problèmes de mémoire, mais ça ne l’empêchait pas de vivre normalement.

 

 



Mary début août 2014

 


Nb de visiteurs:18057
Nb de visiteurs aujourd'hui: 2
Nb de connectés:1