Scandale à Besançon
Une femme enfermée dans une maison de retraite à la demande de son fils


Loading
DISPARITION DE MARYVONNE : LA FAMILLE A LE CONTRÔLE SUR SA VIE. Lire la suite

4

Maryvonne

puces Maître Schwerdorffer veut médiatiser la situation, de façon à alerter les citoyens ce qui constitue au minimum un grave dysfonctionnement de la justice qui aboutit à priver de ses libertés les plus élémentaires un être humain, au mépris des droits de l’homme dont notre pays se fait l’apologète.

Car Cyril a déposé 3  plaintes contre le fils de Maryvonne, en réaction à ces événements : pour menaces, harcèlement, violences volontaires, violation de domicile, séquestration, abus de faiblesse, présomption de faux en écriture et même menace de mort . Encore aujourd’hui, AUCUNE de ces plaintes n’a soulevé le moindre écho.

puces Le 27 juin, une nouvelle ordonnance d’éloignement est prononcée à l’encontre de Cyril, de sa mère et deux amies qui ont commis l’imprudence de lui rendre visite !!! Ce n’est plus de la justice, c’est de l’acharnement visant à isoler Mary du reste du monde petit à petit de façon à accélérer la dégradation de son état de santé.

puces A ce jour, cela fait 5 mois que Mary ne peut plus voir Cyril.

puces A ce jour, cela fait 11 mois que Cyril n’a aucun accès à ses affaires personnelles restées dans le logement de Mary.

puces A ce jour, au vu de la traditionnelle « pause » estivale et de la lenteur de l’appareil juridique, y compris quand on parle de la santé d’une personne âgée, il n’y a aucun espoir que Cyril puisse voir Mary durant les deux ou trois prochains mois.

puces A ce jour, Cyril ne sait même plus si on l’autorisera un jour à revivre avec la femme qu’il aime. Ou même à la revoir.

puces En conséquence de quoi, nous, les amis de Mary, nous nous insurgeons profondément contre cette lente agonie qu’on impose à une femme de soixante-quatorze ans, ancien professeur de français, qui vivait parfaitement heureuse avec son compagnon avant qu’on détruise sa vie.

puces La dernière injustice en date de fin juillet: Mary avait pris un avocat, Maître Varet, pour la défendre dans le sens de ses intérêts. Maître Varet avait rendu visite à Mary à la résidence pour discuter avec elle de l'affaire et connaître ses désirs. Mais le tuteur de Mary a révoqué l'avocat choisi par elle et lui a imposé un nouveau défenseur, affilié à l'UDAF, qui devrait très certainement se montrer plus malléable et abonder plus facilement dans le sens des intérêts de la famille que de ceux de Mary

puces Nous accusons la justice de laxisme, d’indifférence. Nous accusons la justice d’avoir ôté, en dépit des lois sur la tutelle, toute possibilité de choix à Mary sur son lieu de vie et sur les gens qu’elle peut ou ne peut pas voir.

puces Nous accusons la directrice de l’établissement où réside actuellement Mary d’agir en kapo de la famille en isolant volontairement Mary de son compagnon et de ses amies.

puces Nous accusons un système qui tolère, ne serait-ce qu’une seule minute, qu’aujourd’hui en France, une personne âgée puisse être privée à ce point de ses droits les plus élémentaires. Un système qui donne la parole à ceux qui parlent fort et qui bâillonne ceux qui parlent doucement.

puces Nous accusons une famille d’avoir privé une mère ou une sœur de sa liberté pour « son bien ». Que n’a-t-on pas comme exaction pour le prétendu bien des gens ?

Si ce drame vous a touché, si la détresse et l'appel au secours de Mary vous donne envie de réagir, merci de prendre contact avec nous, voire de signer la pétition pour que Mary puisse enfin, un jour prochain, retrouver les ailes qu’on lui a brisées.

Quand la justice n’est plus juste, c’est aux citoyens de demander justice.


Besançon

 


Nb de visiteurs:18588
Nb de visiteurs aujourd'hui: 10
Nb de connectés:2